Aller au contenu


Photo

Iceland Airwaves 2012 (Reykjavík - 31/10 - 04/11)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
26 réponses à ce sujet

#16 Guismo

Guismo

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 2931 messages
  • Location:Brussels
  • Interests:Guitar, eSport, ukulélé
  • Love:Thee More Shallows, Notwist
  • Hate:To leave bed

Posté 31 August 2012 - 11:19

Oui, les packs Iceland Air sont très pratiques. En revanche, pour Sigur Ros, il faut acheter une places supplémentaires. Le pass ne permet pas d'y accéder (seulement d'avoir un tarif "réduit", mais je ne sais pas s'il en reste). En effet, il n'y a pas de salle assez grande pour accueillir les 8 000 festivaliers..
Pour le tourisme, c'est pas la meilleure période, c'est sûre, mais c'est dans même faisable en passant par des organismes (Grayline ou Reykjavik Excursions)
Seul, c'est un peu plus délicat de se déplacer en voiture en cette saison - mais certains sites touristiques comme le Cercle d'Or (Gullfoss et Strokkur) sont facilement accessibles.
Par contre, c'est sûr que tu ne vas pas y faire un trek...

J'y vais du 29/10 au 8/11 et je suis justement en train de faire mon planning d'excursions :)


Merci pour les infos....En fait je parlais principalement du climat. On est ni en été, ni en hiver, qui sont les deux plus beaux mois pour visiter l'Islande....donc se payer un trip à 500€ de base, sans logement ni bouffe, pour arriver à un des pires moments de l'année, je suis refroidi (c'est le cas de le dire ^^). Mais mais mais, au vu de cette programmation, je pourrai quand même craquer, surtout que madame est plutôt partante également.

Edit: ah ben je trouve plus de pack dispo, j'ai plus à me poser la question donc :(

#17 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29867 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 31 August 2012 - 11:22

Je te croyais déjà à moitié cybernétique c'est pour ça. :tease: Et exception faite de GusGus les discos de ceux que j'ai cités ne sont pas encore très fournies.

La question étant: les Islandais étant de 300 000 habitants, sont-ils tous des groupe de musique?


C'est clair qu'on se la pose depuis longtemps celle-là.

#18 spydermonkey

spydermonkey

    Appelée à régner

  • Indie Rock Mag
  • 1389 messages
  • Location:Paris

Posté 31 August 2012 - 12:11



La question étant: les Islandais étant de 300 000 habitants, sont-ils tous des groupe de musique?


C'est clair qu'on se la pose depuis longtemps celle-là.



Et bien, je ne sais pas. Ce qui est sur c'est qu'un musicien islandais officie très souvent dans plusieurs groupes...

#19 spydermonkey

spydermonkey

    Appelée à régner

  • Indie Rock Mag
  • 1389 messages
  • Location:Paris

Posté 01 September 2012 - 11:59


Pour écouter tout ça librement et sans pub tu as le site magique Gogoyoko, et Spyder aura encore de quoi faire avec notamment Epic Rain & Beatmakin Troopa, Lay Low, Lockerbie, Nora, Of Monsters And Men, Olafur Arnalds, Olof Arnalds, Soley et plein d'autres qu'elle doit connaître et moi pas. :hehe:

(ah oui je me suis permis d'éliminer les accents aussi :zut: )


Certains artistes cités par Rabbit ont été parmi mes albums préférés de 2011 : Albums et , tu trouveras un petit compte-rendu des Airwaves de l'an dernier.
Je vais me contenter de parler de ce que je connais dans la prog :zut:

Epic Rain & Beatmakin Troopa --> Je ne suis pas une grande fan de hip hop à la base, mais cet album est finalement un melting pot d'ambiances hip hop, americana, folk... Epic Rain et Beatmakin Troopa ont d'autres projets en parallèle, ensemble ou non, comme , dans une voie electro.

Lay Low est assez connue en Islande, et comme elle fait la 1ère partie du petit groupe qui monte Of Monsters And Men, elle gagne en popularité aux US et en Europe. Elle fait partie de mes priorités à voir en 2012. Quant à Of Monsters And Men, j'aime bien, c'est très rafraîchissant et ça vaut vraiment le coup en concert. Ce fut la révélation des Airwaves 2011.

Lockerbie : si tu aimes le post-rock, alors c'est tout bon.



Les cousins Arnalds et Soley sont souvent cités ici ou là donc je ne m'étends pas plus.

Etant donné que je ne suis pas très assidue ces derniers temps, je ne sais pas trop ce que tu aimes, donc je vais faire un grand tour d'horizons par grande famille (au sens large du terme) sans faire tous les artistes islandais que je connais - je le ferais si j'avais du temps - et en essayant de ne pas faire un pavé à la Rabbit :tease: . Je te mets les liens Gogoyoko dans la mesure du possible

> Electro :
Kira Kira (ça fait un an qu'elle est notée dans ma liste d'articles à faire :zut:)
Stereo Hypnosis
Ulfur
Samaris
SYKUR

> Pop / Rock / Folk
Valdimar,
Nora
Árstíðir
Jón Þór
Helgi Jonsson
Vigri
Agent Fresco

Reykjavik
Petur Ben

Voilà pour l'instant, ça devrait un peu t'occuper :)

#20 Rushkoff18

Rushkoff18

    Membre assidu

  • Remembers
  • 280 messages

Posté 01 September 2012 - 15:23

Euh il est où le smiley avec les coeurs dans les yeux ? Pas accès dans la version mobile ! Franchement merci beaucoup, plein de choses à écouter !

#21 spydermonkey

spydermonkey

    Appelée à régner

  • Indie Rock Mag
  • 1389 messages
  • Location:Paris

Posté 13 September 2012 - 13:05

Voilà, à partir de maintenant, je vais commencer à me faire des nœuds dans le cerveau : le planning du Festival est en ligne.
A priori, pour moi :
Mercredi : Harpa Kaldalon avec entre autres : Ulfur, GP!, Nora et Snorri Helgason, mais je suis un peu dég' de louper Trouble et Beatmakin Troopa.
Jeudi : à voir
Vendredi : soirée Bedroom Community avec Ben Frost, Sam Amidon, Nico Muhly, Puzzle Muteson, Valgeir Sigurdsson, Paul Corley et Daniel Bjarnason :dingo: et j'enchainerai avec We Made God
Samedi : je pleure déjà du choix cornélien que j'aurai à faire mais je pense aller voir Olafur Arnalds (d'autant que plus tôt dans la soirée, il y a Rökkuro)
Dimanche : Sigur Ros

#22 Guismo

Guismo

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 2931 messages
  • Location:Brussels
  • Interests:Guitar, eSport, ukulélé
  • Love:Thee More Shallows, Notwist
  • Hate:To leave bed

Posté 13 September 2012 - 13:46

Dure la vie :tease:

#23 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29867 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 13 September 2012 - 14:02

Vendredi : soirée Bedroom Community avec Ben Frost, Sam Amidon, Nico Muhly, Puzzle Muteson, Valgeir Sigurdsson, Paul Corley et Daniel Bjarnason :dingo:


Ah oui, quand même. :zut:

#24 spydermonkey

spydermonkey

    Appelée à régner

  • Indie Rock Mag
  • 1389 messages
  • Location:Paris

Posté 26 September 2012 - 13:15

Dure la vie :tease:


T'imagine pas à quel point : ils ont déplacé Olafur Arnalds le même soir que Bedroom Community :bye:
J'espère pouvoir me rattraper avec le off...

#25 Guismo

Guismo

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 2931 messages
  • Location:Brussels
  • Interests:Guitar, eSport, ukulélé
  • Love:Thee More Shallows, Notwist
  • Hate:To leave bed

Posté 26 September 2012 - 13:27

pffff bon si jamais tu trouves qqpart deux entrées pour le festival, tu me fais signes hein? :P

#26 spydermonkey

spydermonkey

    Appelée à régner

  • Indie Rock Mag
  • 1389 messages
  • Location:Paris

Posté 26 September 2012 - 13:29

Jusqu'à récemment, le festival en faisait encore gagner...

#27 Rushkoff18

Rushkoff18

    Membre assidu

  • Remembers
  • 280 messages

Posté 01 April 2013 - 11:25

Islande : Voyage au coeur du miracle culturel
22 mars 2013
El País Madrid
Le Festival de musique avancée et de nouvelles technologies "Sónar 2013", au Harpa
de Reykjavik, en février 2013
Karólína Thorarensen
A l’austérité, l’Islande a préféré une politique de New Deal artistique qui a fait de la culture
le deuxième moteur de la croissance du pays, rapportant près d' 1 milliard d’euros par an.
Le pays démontre ainsi qu’il y a une vie en dehors des banques.
Daniel Verdú
Si l’effondrement financier de l’Islande en 2008 a souvent été interprété comme une prémonition
de la crise européenne, peut-être est-il temps de s’inspirer des solutions que le pays a mis en
oeuvre pour s'en sortir.
A la différence du sud de l’Europe, où les restrictions budgétaires et les hausses d’impôts ont
laissé la culture exsangue, ce pays de 320 000 habitants de la taille du Portugal a investi depuis
2008 dans le secteur de l’industrie culturelle. Les retombées économiques de cet investissement (1
milliard d’euros par an) sont deux fois plus importantes que celles de l’agriculture, et le secteur
créatif talonne de près la première industrie du pays – et première source d’exportation – la pêche.
Et tout cela grâce, en partie, à une petite bonne femme de 37 ans, la ministre de la Culture, Katrín
Jakobsdóttir, qui pendant quatre ans au gouvernement a choisi de mettre les artistes en avant et
d’en faire les acteurs de la reprise économique du pays.
Aujourd’hui le taux de chômage est de 5,7% et le pays affiche une croissance de 3%. Certes le
pays a dévalué sa monnaie et laissé couler les banques en refusant de payer sa dette extérieure.

Mais une bonne partie de la reprise est tout de même à mettre au crédit de cette sorte de New Deal
artistique. Pourtant, le 27 avril prochain, lors des premières élections organisées depuis que le pays
a réussi à surmonter la crise, cette approche inédite pourrait prendre fin.
Les Islandais ont apparemment la mémoire courte et le parti conservateur, qui était aux
commandes quand le pays s’est effondré (la Bourse avait chuté de 90% et le PIB de 7 points) est
aujourd’hui grand favori des sondages. La coalition formée par le Parti Vert et les sociaux-
démocrates, à laquelle appartient le Premier Ministre Jóhanna Sigurðardóttir (la première femme à
occuper ce poste) est en difficulté. La ministre de la Culture, sans doute l’élément la plus
charismatique du gouvernement, ne l'ignore pas. Dans son bureau qui donne sur le port de
Rejkavik, elle revient sur son mandat qu’elle associe symboliquement à la construction de la
spectaculaire salle de concert Harpa. Le chantier avait été interrompu par la crise et en le
relançant, elle a voulu en faire la métaphore de la volonté du gouvernement de créer des richesses
en développant les arts.
Tourisme musical
"Nous considérons la culture comme la base du secteur créatif, qui constitue une part de plus en
plus importante de notre économie. Quand j’ai été nommée ministre, la culture était pour moi une
question de survie. Et c’est ce que j’essaie faire comprendre aux gens : la culture est un facteur
économique très important. Et elle rapporte autant que l’industrie de l’aluminium", explique-
t-elle.
Le gouvernement a procédé à des ajustements budgétaires. Il a dégraissé les ministères et réduit
les coûts fixes. Mais cela ne l’a pas empêché d’augmenter le financement de projets culturels
indépendants. Cette collaboration très souple entre public et privé n’a cependant jamais donné lieu
à un désengagement de l’Etat en matière de culture et d’éducation.
La musique d’abord. 80% des jeunes (surtout dans les villages) jouent d’un instrument et
apprennent le solfège. Et cela se traduit par des dizaines de groupes avec un rayonnement
international. Si la plupart des touristes sont attirés par la beauté de l’île, 70% des jeunes selon un
sondage récent font le voyage pour écouter de la musique. C’était déjà le cas en 2006 avec la
création d’un organisme en charge de la promotion de la musique islandaise à l’étranger sous la
houlette de Sigtryggur Baldursson, ancien batteur des Sugarcubes, le groupe des débuts de Björk
qui a contribué à forger la réputation musicale de l’île. D’après cet organisme, 43 groupes
islandais ont joué l’année dernière à l’étranger.
En parallèle, le secteur des logiciels et des jeux vidéos connaît une croissance exponentielle.
"C’est un dérivé de la culture et il donne beaucoup de travail aux gens du secteur, notamment aux
illustrateurs", explique la ministre. Quant au septième art, depuis qu’une nouvelle loi rembourse
les coûts de production des films tournés en Islande, les cinéastes affluent : Ridley Scott a ainsi
tourné son Prometheus et Darren Aronofsky, son Noé.
Ministère des Idées
Mais quand l’argent et le champagne coulaient encore à flot, de nombreuses personnes voyaient
déjà dans la culture la seule planche de salut pour l’Islande. L’écrivain et poète Andri Magnason
dénonçait en 2006 dans son ouvrage Dreamland un modèle économique basé sur l’argent facile et
la spéculation. "Pendant les années de prospérité, le gouvernement a concentré ses efforts sur le
développement des banques, de l’aluminium et de l’énergie hydraulique qui détruisent
l’environnement. Certains d’entre nous souhaitaient une économie de la créativité et non de
l’argent facile", écrivait-il alors. D’où cette alliance étrange entre les protecteurs de la nature et les
"fondus de nouvelles technologies", rappelle Andri Magnason.
Björk et d’autres personnalités de l’île se sont intéressées au mouvement. "Et quand la crise est
arrivée, il y avait déjà un mouvement enraciné où étaient impliqués de nombreux jeunes", rappelle
l'écrivain. Des groupes de travail se sont rassemblés au sein d'un "Ministère des Idées" qui siège
dans une ancienne usine des environs de Reykjavik.
Mais Andri Magnason reconnaît également l’importance du rôle joué par le gouvernement. "Les
théâtres ont prospéré, la vie littéraire a retrouvé un nouveau souffle (60 écrivains sont soutenus
par le gouvernement chaque année), la production cinématographique a connu une embellie tout
comme la scène musicale. Ce soutien porte ses fruits dans l’économie. Les arts ne se développent
pas parallèlement à l’économie, ils sont essentiels à la bonne santé économique du pays",
démontre-t-il. Alors pourquoi les gens veulent-ils voter de nouveau pour le parti conservateur ?
"Sans doute regrettent-ils leur Range Rover", lance le musicien Olafur Arnalds dans un café de
Reykjavík.
Ce modèle est-il pour autant exportable dans des pays comme l’Espagne ou l’Italie, où les
habitants, comme les problèmes économiques, sont 150 fois plus nombreux ? Andri Magnason en
est convaincu. "C’est valable dans la majorité des situations. Le problème de l’Europe et surtout
de l’Italie et de l’Espagne, c’est toute cette jeunesse désœuvrée sans projet et dont le
gouvernement et l’industrie se désintéressent. C’est un véritable gâchis de talents !" Peut-être
faut-il attendre de toucher le fond ?
Traduction : Mélanie Liffschitz

 

http://www.presseuro...iracle-culturel


Modifié par Rushkoff18, 01 April 2013 - 11:26.





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)