Aller au contenu


Photo

Et pourquoi pas du jazz ? DDJ, Gleizkrew et Hippie Diktat au Cirque électrique


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 Le Crapaud

Le Crapaud

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 551 messages
  • Location:paris
  • Interests:beaucoup
  • Love:toujours
  • Hate:souvent

Posté 12 January 2013 - 23:40

Mercredi 9 janvier. Première fois pour moi au Cirque Électrique. Il fallait affronter la pluie et le froid pour parvenir à ce lieu étonnant, à la frontière du XIXe et du XXe arrondissement de Paris. Ça faisait un moment qu'en passant sous la grande affiche qui indique la présence du lieu au niveau de la porte des Lilas, dans les bouchons du périf', je me disais qu'il faudrait que je me renseigne sur cette salle au nom aguicheur. En arrivant, je m'aperçois qu'il n'y a pas grand monde. En même temps, la programmation annonce un jazz bizarre... ça n'attire que les curieux, et par ce temps, que les curieux courageux. Donc au final, pas grand monde ! Le concert a lieu dans l'« Anticlub », une espèce de succursale trapézoïdale minuscule où les chiottes sont plus grandes que la scène et où une toile accrochée au mur de béton représente un Goldorack noir et blanc faisant un fuck...

On était prévenus, ça s'appelait « COAX au Cirque #3 - Soirée Bourrin » ! Alors, même si c'était organisé par un collectif de jazz, on pouvait se douter que ça allait dépasser un peu le nombre de décibels autorisés. Mieux, ils ont fait péter le sonomètre ! Moi, je me suis douté de rien, je suis venu tranquille, les mains dans les poches et les oreilles nues. Et puis j'ai commencé à transpirer lorsqu'en entrant dans la salle j'ai entendu les organisateurs dire qu'ils auraient dû fournir des boules Quies... Ensuite, flânant nonchalamment, allant découvrir le bar, j'entends une voix : « Alors il paraît que c'est free-core ce soir ! ». Ha ! Les choses se précisent... Je prends une bière, du PQ pour les oreilles, au cas où, et j'attends que ça vienne.

DDJ
ça vient ! C'est DDJ qui ouvre. Comme les deux autres formations programmées ce soir là, c'est un trio. Batterie, guitare, sax baryton. Le groupe s'installe. On se regarde. Pas de décompte, ça attaque ! Et c'est parti pour vingt-cinq minutes ininterrompues où se mêleront free-noise et jazz core et parfois l'inverse. Très vite, on s’aperçoit que Yann Joussein, le batteur, n'est pas seulement immense par la taille... Julien Desprez, à la guitare, sautille sur ses pédales et fait des mouvements de bras saccadés, son jeu mime parfois la douleur du point de côté. Benjamin Dousteyssier, lui, aux mécaniques cuivrées, est plus en retrait, mais sait faire le spectacle quand il le faut, en faisant couiner son animal !

Une performance intense et captivante qui ne m'a pas laissé le temps de prendre une photo.
Image IPB
DDJ

Gleizkrew
Formation plutôt étonnante : batterie, orgues, sax ténor. Ce doit être les membres les plus âgés du collectif, enfin, de ceux qui le représentaient ce soir-là. Au cours d'une session Free jazz plus traditionnelle, mais tout de même relativement rock n'roll, ils montrent qu'une plus grande expérience les précède. Philippe Gleizes, qui donne son nom au trio, c'est le batteur. Très charismatique, il sera le plus technique de la soirée. Aux claviers, Antonin Rayon est très impressionnant. Usant de diverses sonorités et de nombreux effets, son jeu est constitué d'accords dissonants, de clusters incisifs et d'une ribambelle de notes produites dans un intervalle que le temps qu'expriment nos montres est incapable de mesurer... Au saxophone, encore un timide, qui peinera à trouver son son et ne cessera de tourner les potards de son vieil ampli, peut-être pour se donner de la contenance... à certains moment (lorsqu'on l'entendait...) on pouvait reconnaître l'influence de Michael Lewis (Happy Apple) sur son jeu. Parenthèse : Il y un nom aussi, qu'il est nécessaire de donner en tant qu'il est (sûrement) la référence commune de ces trois groupes. En tous cas, on pouvait l'entendre à travers eux : John Zorn. La référence est peut-être trop évidente, mais on peut se demander si de telles manières de faire évoluer le jazz existeraient s'il n'y avait pas eu ce new-yorkais précurseur qui, depuis les années 80, défriche les terres encore vierges de la musique improvisée, en flux continu. De toutes les formations auxquelles il appartient, je citerai pour exemple Electric Masada (une de mes préférées), dont Gleizkrew provoquait parfois en moi quelques réminiscences jouissives.

Image IPB
Gleizkrew

Hippie Diktat
Enfin, Hippie Diktat, était le trio qui avait le plus gros son. Même formation que le premier, mais avec un son de guitare massif, diffusé par plusieurs amplis énormes et agrémenté d'une distorsion typique du Métal. D'ailleurs, là, on n'était plus vraiment dans le jazz. Si leur style est tout de même relativement proche de DDJ, Hippie Diktat a plus radicalement intégré les caractères du métal/core : le son, les riffs, les rythmes. Moins noïse que DDJ, moins efficace au niveau des fûts, ils auront quand même ma préférence. Si durant les deux premières salves de sons le public restait plutôt perplexe, là on bougeait clairement les têtes. Pour revenir à Zorn, ici ça rappelait plutôt Painkiller. Si l'on pouvait voir au jeu du batteur et du saxophoniste des tics de jazzeux, ce sera le groupe qui en aura le moins l'esprit. Par exemple, c'est le seul à avoir fait des coupures entre les morceaux. Contrairement aux autres, on pouvait remarquer que leur prestation s'appuyait sur une écriture, une construction, des morceaux quoi ! Moins free que les autres en somme. Mais bon, très bon !

Image IPB
Hippie Diktat

Avant de sortir, j'achète l'album de DDJ et l'EP de Hippie Diktat, j'essuie le sang qui a coulé de mes oreilles avec le PQ qui les bouchait et je rentre chez moi groggy.

Modifié par Le Crapaud, 13 January 2013 - 00:36.


#2 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29867 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 13 January 2013 - 00:20

:D cette fois encore ça donne envie, et qui plus c'est fort bien écrit. Merci pour le report !

Je connaissais aucun des groupes mais en passant, tu connais Zs ?

#3 Le Crapaud

Le Crapaud

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 551 messages
  • Location:paris
  • Interests:beaucoup
  • Love:toujours
  • Hate:souvent

Posté 13 January 2013 - 00:49

Zs ? Connais pas. Mais en même temps je ne connaissais aucun de ces groupes avant de me rendre au cirque électrique... Je connais un peu Zu, mais je crois que ça n'a rien à voir... J'irai voir Zs

Modifié par Le Crapaud, 13 January 2013 - 11:55.





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)