Aller au contenu


Photo

L'album du mois de janvier 2018


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 30205 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 27 January 2018 - 07:39

... et si on relançait l'album du mois par ici, avec les conseils d'écoutes et les gentilles prises de bec qui vont bien ? Voilà c'est tout ce que j'avais à dire pour le  moment. :tease:



#2 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 30205 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 27 January 2018 - 09:29

Allez pour démarrer je fais dans le détaillé :
 
Albums :

1. Ari Balouzian & Ryan Hope - Mood of the Era Vol. 1

L'ex Cliff Dweller s'associe avec un certain Ryan Hope pour donner corps à ces atmosphères urbaines crépusculaires et déliquescentes de monde sur le déclin, entre ambient expérimentale, électro minimale, techno-indus tribale et néo-classique post-apocalyptique. Complètement inclassable, d'où les adjectifs sans queue ni tête alignés précédemment, et c'est ça aussi qui le rend très prenant. :wub:

2. Phew - Voice Hardcore

Après l'électro post-indus hypnotique de son Light Sleep de l'an dernier, Hiromi Moritani nous sort un album encore plus étrange, tout en chœurs de purgatoire, très ambient, assez austère, souvent angoissant, une sorte de Ligeti de la cave aux tortures, très avant-garde japonaise quoi mais surtout magnétique et ensorcelant.

3. Kira Kira - Alchemy & Friends

Entre électro-pop, ambient fantasmagorique et néo-classique, l'Islandaise fait dans l'envoûtement total, de la production élégiaque aux chœurs de sirène et chant d'outre-rêve. Il y a quelque chose du múm de la grande époque en plus charnel sur cet Alchemy & Friends avec juste la dose de lyrisme qu'il faut, autant dire que c'est beau.

4. Le Réveil des Tropiques - Big Bang

Frédéric D. Oberland et Stéphane Pigneul d'Oiseaux-Tempête donnent plutôt dans le néo-krautrock incandescent que dans le post-rock méditatif avec ce projet, qui décolle pour l'espace à plusieurs occasions avant de rentrer bruyamment dans l'atmosphère terrestre avec un HyperNova épique et hypnotique qui m'a mis l'une de mes premières grosses claques de l'année. La chronique de Leoluce sur IRM qui dit tout.

5. Bronnt Industries Kapital - Arsenal

Je vénère Guy Bartell pour son Virtute Et Industria de 2005 aux allures de Third Eye Foundation des égouts de l'Angleterre victorienne. Depuis, il refait des BOs de films de propagande soviétiques muets. Dans le genre, Arsenal ne vaut pas son génial Turksib de 2015 mais on y retrouve ces crescendos post-kraut martiaux et ces synthés d'un autre temps qui vous donnent l'impression de voir un film sans images se dérouler sous vos yeux. Avec les images en noir et blanc d'époque c'est sans doute pas trop mal non plus mais j'ai pas eu l'occasion d'essayer.

6. Pruven - Tarnished Shrine

Du hip-hop sombre, mystique, philosophique et fantasmagorique, avec du beau monde invité, notamment Boxguts et surtout Vast Aire des cultissimes Cannibal Ox. Et puis c'est du bonheur pour moi que sa participation au projet Twin Peaks d'IRM lui ait inspiré un morceau supplémentaire qui clôt le disque sur un sample minimaliste de la BO de la série culte de David Lynch.

7. Ljerke - Ljerke

Les frères Kleefstra improvisent dans la tension sourde d'une ambient pour guitare, cordes, trompette et déstructurations électroniques, organique, inquiétante et volontiers dissonante, aux textes scandés en néerlandais façon poésie abstraite. Il faut avoir l'esprit ouvert mais c'est finalement assez passionnant.

8. Vigri - NÚNA

Les meilleurs héritiers islandais de Sigur Rós glissent des beats et des synthés dans leurs odyssées pop lyriques, résultat un peu court mais toujours vibrant et majestueux, et puis ça fait plaisir de les retrouver aussi mélangeurs, loin de la redite que je craignais. Le premier album reste toutefois un cran au-dessus. Attention certains d'entre vous vont sans doute trouver ça un poil trop émotionnel, l'équilibre est précaire mais pour moi ça le fait et pour Spydermonkey d'IRM aussi.

9. Aidan Baker & Gareth Davis - Invisible Cities

Aidan Baker privilégie un minimalisme brumeux sur cette sortie à écouter très fort, et la clarinette de Gareth Davis est au diapason, infusant de spleen impressionniste ces évocations languissantes et un brin inquiétantes de nos métropoles désincarnées. Ça risque de faire chier pas mal de monde et c'est loin d'être une de mes sorties préférées du Canadien mais c'est très beau quand même et assez envoûtant à condition d'entrer dedans.

10. Crash Silverback & Max Muthaphukin' Stax - Candy & Coombs

Le dernier-né du catalogue alt-rap coolissime, groovesque, mélangeur et nerdy du meilleur label canadien du monde (Hand'Solo Records évidemment), avec un The Dirty Sample à la production pétrie de samples soul, de références old school et de hachures funky.



EPs :

1. Containor - ASSHOLE EP

Un truc post-moderne de drummer fou sur fond de grouillements d'effets et de synthés irradiés. John Longstreth de Dim Mak et Origin tabasse les fûts en mode free, John DeBlase triture les machines et Colin Marston de Krallice supervise et met la touche finale. En gros ça ressemble à du Zorn/Patton futuro-dark-ambient sans les borborygmes vocaux. J'adore, merci Riton. :wink:

2. Hypersensible - Sur la Peau EP

L'excellent Cyrod de Red Space Cyrod et Tadash (et du FIR aussi bien sûr :tease: )se cache derrière ce nouveau projet où il décline en Français son amour pour un post-punk onirique, le glam de Bowie et la new wave en clair-obscur de New Order notamment, avec toujours une bonne dose de bizarrerie art-rock et d'imagerie surréaliste dans les paroles. Un très chouette mini-album. Avis plus détaillé sur IRM.

3. Dlight x Peow Beow - Source EP

Le Parisien Dlght continue d'explorer des contrées chill oniriques et narcotiques, cette fois en compagnie d'un certain Peow Beow. C'est planant et kaléidoscopique comme du cloup rap instru sous un mélange de lexomil et de LSD, avec des petites infusions de jazz et de trap dedans.

4. Bad Rites - Bollards EP

Une espèce de grind cinématographique franco-australien avec un corbac au micro au lieu d'un humain. Ça passe tout seul et surtout, bien sûr, très vite.



- Il était pas loin du top :

LPF12 - A Quiet Place

L'Allemand trouve l'équilibre parfait entre ses sorties IDM stellaires et celles où il privilégie une ambient plus isolationniste et glacée (cf. la série des Whiteout). Pas son meilleur pour autant, c'est parfois un brin easy listening cette affaire.



- Ça me fera pas l'année mais c'est cool aussi :

Shame - Songs Of Praise

L'indie rock de qualité se faisant rare, surtout côté UK, j'ai bien pris mon pied à l'écoute de ces hymnes prolo habités aux guitares carnassières et au beuglantes néo-punk bien rugueuses.



- Ça compte pas c'est un best of mais c'est bien :

Boron - The Better Of

Électro kosmische régressive et décadente au programme de cette compil de l'habitué du label Field Hymns, qui part un peu dans tous les sens (y compris une sorte de bossa électronique au chant féminin capiteux) mais ça me plaît.



- Déceptions :
 
Nils Frahm - All Melody

Je parlais d'easy listening pour LPF12, All Melody me donne aussi cette impression en pire. Moi qui aime avant tout la veine très introspective et dépouillée de Felt, ce sont surtout les titres au piano solo genre My Friend the Forest ou Forever Changeless qui m'ont plu et à mon avis l'électro même aussi impressionniste qu'ici ne sied pas autant au Berlinois qu'à son compère Ólafur Arnalds avec Kiasmos. Cette suite de Spaces - les gros synthés en moins - s'écoute sans déplaisir malgré sa longue durée mais l'ambient-techno du morceau-titre ou de #2 et les liturgies dubtronica comme Sunson ou A Place flirtent un peu trop avec le new age pour m'emballer, ça m'a surtout donné envie de me refaire un vieux krill.minima, un Floating Points ou encore un Jan Bang/Arve Henriksen de cet ambient-jazz norvégien que le Nils pille allégrement ici sur Human Range.

The Go! Team - Semicircle

Le combo a définitivement gommé tout ce qui dépassait dans sa musique et perdu son lyrisme échevelé et son groove noisy au passage pour se transformer en big band néo-psyché-60s de fête d'école. Restent une touchante candeur et le petit côté funky/blaxploitation qui va bien, donc ça se laisse quand même écouter une fois mais je n'y reviendrai sans doute jamais, sachant qu'il y a mieux à faire en réexplorant les deux premiers chefs-d’œuvre une fois par mois par exemple. :zut:



Pour les liens Bandcamp tout est à portée de clic ici. :peace:



#3 elnorton

elnorton

    Indie Rock Mag

  • Indie Rock Mag
  • 3908 messages
  • Location:Jamais très loin...
  • Love:Eels, Radiohead, Sparklehorse, Sufjan Stevens

Posté 27 January 2018 - 11:15

1. Le reveil des tropiques
2. Vigri
3. Ljerke
4. Shame
5. Scallops Hotel

#4 cyrod

cyrod

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 1063 messages
  • Location:Paris
  • Hate:les mots de passe

Posté 02 February 2018 - 19:20

ouep, c'est quand même pas mal ce Shame dont tout le monde parle (je l'ai même entendu hier soir sur France Inter, juste avant Le Téléphone Sonne).


couillon de la lune

#5 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 30205 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 03 February 2018 - 15:00

1. Ari Balouzian & Ryan Hope : Mood of the Era Vol. 1
2. Phew : Voice Hardcore
3. Kira Kira : Alchemy & Friends
4. Le Réveil des Tropiques : Big Bang
5. Bronnt Industries Kapital : Arsenal
6. Pruven : Tarnished Shrines
7. Aaron Martin : A Room Now Empty
8. Aidan Baker & Gareth Davis : Invisible Cities
9. Vigri : NÚNA
10. Ian Hawgood + Giulio Aldinucci : Consequence Shadows
11. Ljerke : Ljerke
12. Crash Silverback & Max Muthaphukin' Stax : Candy & Coombs
13. LPF12 : A Quiet Place
14. Servants Of The Apocalyptic Goat Rave : Queen Of Darkness
15. Shame : Songs of Praise


EPs :

1. Containor : ASSHOLE
2. Phon.o : Slow As Fog
3. HyperSensible : Sur la Peau
4. Aphant : Stars in the Sand
5. Dlight x Peow Beow : Source
 
Et ça ira pour moi ce mois-ci.



#6 UnderTheScum

UnderTheScum

    Membre actif

  • Remembers
  • 176 messages

Posté 11 February 2018 - 11:35

Absent quasi tout le mois de janvier je n'avais quasi rien écouté donc je rattrape petit à petit, mais effectivement coup de coeur pour Shame  :wub:

Le Vigri est sympa aussi.



#7 Pol

Pol

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 6449 messages

Posté 11 February 2018 - 16:56

1. Romain Humeau - Mousquetaire #2

 

Bon c'est tout ce qui m'a accroché mais ça fait plaisir 1) d'avoir un top mensuel, 2) de retrouver Romain Humeau à ce niveau. :wub:



#8 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 30205 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 17 February 2018 - 14:47

Et voilà donc ce que donne ce beau mois de janvier du côté d'IRM:ipod:






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)