Aller au contenu


Photo

Rock en Seine 2005


  • Veuillez vous connecter pour répondre
36 réponses à ce sujet

#1 darko

darko

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Mag
  • 5234 messages

Posté 29 August 2005 - 18:48

Jeudi 25 août 2005 - Parc de Saint Cloud


Réveillé par la pluie, je craignais le pire pour cette première journée de ce festival Rock en Seine. Heureusement, sainte "météo" annonce un bel après-midi. Je peux donc partir tranquille sans m'encombrer d'une parka. Allez hop, c'est l'heure de partir et cette année je prends de l'avance pour éviter d'attendre 3h pour accéder au site. Et la bonne surprise, même pas 5min pour rentrer. Coup de chance ou meilleure organisation que la précédente, je ne sais pas trop mais en tout cas pour l'entrée du camping il y a une bonne queue (mais bon c'est la 1ère fois et puis plan vigipirate oblige). :)

Voila donc, ça laisse le temps de se placer pour the Subways dont j'attends le plus grand bien. Et bah, les futurs mariés ont beau se défouler sur la scène, ça ne cache pas la faiblesse de leurs compositions. C'est vrai que la bassiste est bien mignonne, mais je me demande si elle connait plus d'une corde à sa basse. C'est donc çà tout ce buzz NME autour d'un groupe qui plagie Nirvana. Belle déception, et pour la fin du concert une bonne douche froide qui nous tombe sur la tête (alors que leur chanteur entame "you are my sun baby"). La pluie cesse à la dernière note de ce groupe (coincidence?). :unsure: La météo et le NME m'auraient menti ... :rolleyes:


Trempé, c'est l'heure d'aller voir un de nos petits espoirs Français que sont Stuck in the Sound. Et là bonne surprise, on sent le groupe habitué à la scène avec une musique efficace et tendue aux influences allant des Pixies aux Strokes. Je comprends pourquoi ils ont déjà des groupies. Ca doit être sympa de les voir dans une petite salle. :interpol:

Bon maintenant 2h à attendre pour voir Arcade Fire. Le soleil et quelques bières permettent de se sécher assez rapidement. Tout ça en écoutant la pop gentillette de the Athletes. Agréable à écouter mais difficile d'être transcendé par cette musique dans un festival. Et après arrive Fort Minor (le projet d'un des membres de Linkin Park ah ah ah). Bah en fait, çà passait pas trop mal pour ce mélange de Beastie Boys et Asian Dub Foundation. :peace:


Ahh enfin voici qu'arrive Arcade Fire. L'attente a été longue mais elle en valait la "peine". Ce fut une prestation hallucinante et intense lors de laquelle les sept membres se donnent à fond, chantent à tue-tête et échangent leurs instruments dans un total désordre. Totalement transporté par leur musique, je fus vraiment surpris que leur show soit aussi efficace en plein air. On en prend plein les mirettes et bien sûr plein les oreilles: les baguettes qui volent dans tous les sens et qui servent à taper sur tout et n'importe quoi comme des casques de motos, le jeu théatral des membres... Oui je le dis Arcade Fire est une véritable révélation sur scène. On entendait même des personnes crier "Régiiiine": bah oui vive notre Régine nationale (non ? :zut: ). Bref, il a fallu ensuite se remettre de ses émotions pour attendre la suite. :dingo:

Les Queen of the Stone Age malgré un line-up complètement différent (dommage que Nick Oliveri ne soit plus là) ont réalisé une prestation remarquable. Le son était puissant et hypnotique, le tout contrastant avec le calme de Josh Homme qui s'est même permis pour un titre de se la jouer façon crooner. On voit bien maintenant que c'est lui le leader et que les autres membres doivent aller dans le même sens que lui. Mais en tout cas c'est efficace et chacun semble donner le meilleur de lui même. Ce fut notamment le cas du batteur à la frappe impressionnante et que l'on dirait tout droit sorti d'une prison. Je m'attendais à voir Dave Grohl débarqué mais en fait non et c'est tant mieux car çà aurait été faire injure justement à ce batteur. Le set fut toutefois déroutant avec plusieurs morceaux tirés des Desert Sessions que peu de monde devait connaitre (curieux pour un festival). En fait je fus moins impressionné qu'en 2003 à l'Elysée Montmartre mais ils ont réussi à bien chauffer la foule pour l'entrée des Pixies. :rock:

Mais peut-être un peu trop, car les Pixies ont préféré faire un set beaucoup plus "pop". Ce qui a dérouté pas mal de personnes qui s'attendaient à un concert beaucoup plus énergique. En fait, les petits lutins ont préféré se débarasser de Where is my mind en début de concert et jouer ensuite les morceaux qu'ils avaient envie. Ce fut donc une bonne surprise que le set soit différent de ceux de l'année dernière. Le groupe semblait content de se retrouver sur scène. Au top de leur forme, Frank Black n'a toujours pas perdu sa voix, et les autres savent toujours aussi jouer de leur instruments même si l'on sent le "poids" des années. Rien à dire de plus sur les brillantissimes Pixies qui sont toujours au sommet de leur art :yes: . Ah si je vais faire une pétition, pour que Kim Deal ne se fasse plus cette horrible coupe à la garçonne (comme les fans de Franz Ferdinand pour la mèche d'Alex Kapranos :P ).

Content de ce dernier concert et de cette journée aussi, allez hop une dernière chopine mais les videurs nous poussent rapidement et gentillement vers la sortie. :beer3: Pffff déjà fini.

Bon c'est vrai le lendemain fallait aussi aller au boulot. Et louper les prestations des Babyshambles, Feist et compagnie ... Snifff :bye:
Get off, get up, you son of pop
The light below is bright on top
It's suds and soda a vibe decoder

All my Gigs (2000-2014) ...

#2 iansich

iansich

    Administrateur

  • Indie Rock Mag
  • 4549 messages
  • Interests:Musique, Internet, Ski, Randonnée.

Posté 29 August 2005 - 19:10

:merci: pour ce joli et franc report Darko :beer3:

#3 JohnSteed

JohnSteed

    Secretly Canadian

  • Indie Rock Mag
  • 9000 messages
  • Location:Nulle part et ailleurs
  • Love:life, sex & rock'n roll

Posté 29 August 2005 - 19:19

:merci: darko :rock:

Bon, je retiens:
- on dit un et non une parka (ma mère m'aurait menti?)
- la bière assèche
- Frank Black a pris du poids de l'âge

Bon, à part cela, cela a du être une bonne soirée :yes:
Image IPB

#4 bloody mary

bloody mary

    Membre

  • Membres
  • 62 messages
  • Location:where the wild roses grow

Posté 29 August 2005 - 21:50

Je suis arrivée en retard, juste quand les Subways jouaient leur dernier morceau ! Un peu consolée que le set n'ait pas été particulièrement mémorable. :oops:

Pas grand chose à ajouter parce que j'ai vu les mêmes concerts que toi... Athlete mou, Fort Minor énergique, Flying Pooh marrant... Juste quelques petites anecdotes, allez. :interpol:

Pendant le concert d'Arcade Fire, il y avait trois gros lourds tout suants de bière derrière moi qui s'entêtaient à vouloir chanter avec Win Butler (pouah) et qui ont bien prouvé que vieux et con sont aussi des mots qui vont très bien ensemble. <_< Bon, ils n'ont pas réussi à me gâcher le set quand même, heureusement.

Impressionnée ensuite par les Queens Of The Stone Age, Josh Homme est décidément très très fort. J'étais aux barrières et j'ai beaucoup apprécié le dépit des pogotteurs quand Homme a "cassé" No One Knows avec petits solos et reprises a capella. Hahahaha. En un mot, peut-être le meilleur concert du festival en ce qui me concerne.

Petit brin de causette avant les Pixies avec un mec bien sympathique qui avait vu les Saints en 1981 ! Je ne sais pas, moi, les dates préhistoriques, ça me fait toujours de l'effet. :tease: Bref, j'étais dans d'excellentes dispositions pour ce concert et je n'ai pas été déçue ! Rien que l'émotion de voir un mythe des 80s sur scène, devant moi... Manquait juste peut-être Velouria à la setlist. Mais c'est vrai que le groupe semblait si heureux de jouer ensemble que c'était un vrai plaisir de les regarder. Au fait, j'avais l'impression que Kim Deal avait un peu maigri, et sa nouvelle coupe lui donne un air d'authentique ménagère américaine, non ? :lol:

Donc voilà, excellente première journée et des souvenirs plein la tête. Première journée parce que je suis revenue le lendemain, mais il se fait tard alors j'écrirai quelques lignes un autre jour.

Bloody Mary
- vodka
- sauce Tabasco
- jus de tomate
- jus de citron
- sauce Worcestershire
- sel et poivre selon goût, et épices si on veut

Essayez, c’est délicieux.


#5 darko

darko

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Mag
  • 5234 messages

Posté 30 August 2005 - 08:22

Bon, je retiens:
- on dit un et non une parka (ma mère m'aurait menti?)
- la bière assèche
- Frank Black a pris du poids de l'âge

oki oki :zut:

T'es pas au courant pour la bière. Plus t'en bois, plus t'as soif :rolleyes:. Si c'est pas la preuve que çà assèche ton gosier ^_^ ....
Get off, get up, you son of pop
The light below is bright on top
It's suds and soda a vibe decoder

All my Gigs (2000-2014) ...

#6 JohnSteed

JohnSteed

    Secretly Canadian

  • Indie Rock Mag
  • 9000 messages
  • Location:Nulle part et ailleurs
  • Love:life, sex & rock'n roll

Posté 30 August 2005 - 08:24

Bon, je retiens:
- on dit un et non une parka (ma mère m'aurait menti?)
- la bière assèche
- Frank Black a pris du poids de l'âge

oki oki :zut:

T'es pas au courant pour la bière. Plus t'en bois, plus t'as soif :rolleyes:. Si c'est pas la preuve que çà assèche ton gosier ^_^ ....

Voir le message

:P :P :rock:
Image IPB

#7 pix

pix

    Force Verte

  • Indie Rock Mag
  • 3236 messages
  • Location:montréal

Posté 30 August 2005 - 19:46

rapidement mes impressions sur ce festival.

déjà j'ai noté une nette amélioration au niveau de l'organisation, c'est cool. pourvu que ça dure ! :yes:

Jeudi :
Stuck In The Sound : je les avais vu au Point Ephémère mi-août, j'avais déjà bien aimé. je n'ai donc pas regretté d'avoir pris la pluie pour voir leur prestation sur la scène de l'industrie. y'a du monde et ça bougeait bien dans la fosse. groupe à suivre.

Athlete : beaucoup de monde semble avoir été déçu par ce concert (trop mou), moi j'ai aimé. alors certes, j'étais allongée sur la pelouse et fumais des substances illicites, mais connaissant leur musique, je ne me voyais pas trop maté tout ça debout, surtout dans un festival.

Arcade Fire : que dire de plus que darko ?
je les ai trouvé un peu plus sages qu'à l'Elysée Montmartre, mais même assagis, ils retournent tout sur leur passage. la big classe ! :beer3:

Hot Hot Heat : petit concert sympa. ça m'a fait plaisir d'entendre live 'Bandages', 'No, Not Now', 'Talk to Me, Dance With Me' et des compos plus récentes de ce groupe au chanteur à la chevelure folle.

Queens Of The Stone Age : vu la fin, je n'aime définitivement pas ce leur musique.

Pixies : :wub:
concert un peu 'mou' sur le début (je pense que ça à un peu décontenancer les curieux), mais setlist de folie par la suite :

Wave Of Mutilation (UK Surf)
In Heaven (Lady In The Radiator Song)
Where Is My Mind ?
Here Comes Your Man
La La Love You
Nimrod's Son
The Holiday Song
Vamos
Subbacultcha
I Bleed
Monkey Gone To Heaven
Stormy Weather
Sad Punk
Hey
Is She Weird ?
Allison
River Euphrates
Head On
Isla De Encanta
U Mass
Broken Face
Caribou
Planet Of Sound
Alec Eiffel
Gouge Away
Tame
Debaser
Wave Of Mutilation
Gigantic


Vendredi :
Herman Düne : j'arrive au milieu du concert. le groupe est cool et décontracté, limite j'm'en foutiste. je ne connaissais que de non, leur folk est agréable à écouter, idéal pour se remettre dans le bain.

The Departure : petit groupe anglais qui bouge bien sur scène. des compos efficaces, mais rien d'extraordianire non plus.

Saïan Supra Crew : j'ai vu le début, y'avait pas grand monde et c'est plutôt mou dans la fosse. on m'a dit que ça c'était mis à bien bouger un peu plus tard, tant mieux.

Babyshambles : la blague du jour. un Pete Doherty qui chante faux, des musiciens qui devraient (beaucoup) mieux faire, des groupies à claquer ... Y'a quand même eu une chanson qui paraissait potable encore eusse t il fallu qu'elle soit bien interprétée ...

Feist : hum, mouais, bof, c'est pas mon truc.

Foo Fighters : le retour de Dave et ses accolytes carrément en forme. Ca démarre en trombe avec In Your Honnor et ça ne s'arrête plus (enfin si y'a eu une chanson calme à un moment). Dave Grohl déconne et rote sur scène comme à son habitude. i love this guy. lol

Robert Plant : pas non plus trop mon trip. ça reste dans l'esprit planant de Led Zep, je ne suis pas restée jusqu'au bout. on m'a dit qu'ils avaient joué Whole Lotta Love, c'est cool pour les fans.

Franz Ferdinand : je m'étais lassée de ce groupe, donc je ne m'attendais pas à grand chose de ce concert, et au final j'ai bien kiffé. les chansons du 1ers albums le font quand même bien, surtout qu'Alex bouge plus qu'à leur début, ça rend le concert un peu plus interessant. ils nous ont présentés pas mal de nouvelles chansons, avec lesquelles j'ai été un peu moins convaincue, mais l'ensemble restait très potable.

bref un bilan très positif pour cette édition 2005. :rock:
see you next year !

#8 JohnSteed

JohnSteed

    Secretly Canadian

  • Indie Rock Mag
  • 9000 messages
  • Location:Nulle part et ailleurs
  • Love:life, sex & rock'n roll

Posté 30 August 2005 - 19:51

:merci: pix pour nous avoir fait part de tes impressions :rock:

Hé! Tu as oublié quelque chose sur la pelouse: :join:
Image IPB

#9 ikara boy

ikara boy

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Fanatic
  • 851 messages
  • Location:Paris...
  • Love:s'ennuyer

Posté 30 August 2005 - 20:39

je fignole ma chronique, avec en exclusivité les débuts de ma copine en tant que reporter rock, pour le set des Babyshambles.
I am the new faintly blowing!!!

#10 pix

pix

    Force Verte

  • Indie Rock Mag
  • 3236 messages
  • Location:montréal

Posté 30 August 2005 - 20:50

Hé! Tu as oublié quelque chose sur la pelouse: :join:

Voir le message

LOL

nan nan, j'ai rien oublié je te rassure. :tease:

#11 jediroller

jediroller

    nonpartisan

  • Indie Rock Mag
  • 4492 messages
  • Location:Lille
  • Interests:J'aime bien le café.
  • Love:des tas de trucs pas bons pour ma santé
  • Hate:qu'ils ne soient pas bons pour ma santé

Posté 31 August 2005 - 09:27

Un grand merci à nos intrépides reporters !

Le même événement vu par Libé, pour ceux que ça intéresse :

http://www.liberatio...?Article=319698

Doherty et Pixies en fond de Seine
Au festival Rock en Seine, l'événement n'était pas forcément là où on l'attendait.
Par Ludovic PERRIN
lundi 29 août 2005 (Liberation)
Alex vient de niquer une deuxième paire d'Yves Saint Laurent. L'année dernière, déjà les pieds dans la boue, il avait oublié de changer de chaussures. Mais, apparemment, il n'est pas le seul. A Rock en Seine, durant ces deux jours sonnant la fin des vacances, on ressort la panoplie de rentrée. Talons, tee-shirts siglés et lunettes en forme d'yeux de mouche pour les filles, cuir ceintré et cheveux savamment négligés pour les garçons : l'esprit du canal Saint-Martin reprenait place dès jeudi entre les stands de tartiflette et les (nombreux) espaces publicitaires du festival francilien (Saint-Cloud). Mais les tendances ont des caprices de dernière minute. De même que l'avenir est toujours plus surprenant que prévu, le buzz n'est jamais vraiment là où on l'attend.

Ainsi, plus que Goldfrapp peinant à restituer les attraits eighties de son album Supernature, plus que Robert Plant gâchant son rock world par un son nineties (le pire), et plus encore que les Baby Shambles de Pete Doherty (Libertines), annoncés comme un événement, c'était autour de quatre folkeux de banlieue parisienne que l'on s'émoustillait, vendredi, 17 heures, scène de l'Industrie.

Vieux souvenirs folks. D'une décontraction jouant aimablement sur les codes vestimentaires du rock inde américain, les Herman Düne rappelaient qu'avoir de la personnalité c'est comme le reste : ça ne s'invente pas. Et, dans ce cas, pas besoin de forcer. En assumant pleinement un style évoquant le chant pincé de Neil Young, les trois frères et soeur du groupe ranimaient de vieux souvenirs folks en leur insufflant une vigueur fraîche légèrement décalée. Guitares en open tunings, solos d'une stridence minimaliste et voix mariées sur une balance de vinyle mono, les piliers du bar parisien Pop In pouvaient quitter tranquilles la scène. On allait parler d'eux, et pas seulement comme du meilleur des sélections locales montées pour calmer les salles alentour, s'estimant lésées à Rock en Seine. «Les aides publiques s'orientent de plus en plus vers les festivals, s'inquiète un directeur de petite salle. Il y en a de plus en plus à des prix de plus en plus abordables.» Là, dans un petit lieu, peut-être le show de Pete Doherty eût-il donné quelque chose.

Changeant in extremis de scène avec les Baby Shambles, The Departure a su bénéficier du malentendu en se faisant carrément passer pour eux, jusqu'à s'interroger : mais où diable se trouvait Pete Doherty ­ en fait il devait biberonner du Jack Daniel's non loin de là.

Joie et déception s'étaient pareillement distribuées, jeudi soir sur la Grande Scène, entre Pixies et Queens of the Stone Age. Le deuxième ouvrait pour le premier. Mais ses éloges furent vains, puisque Frank Black et les siens ne seront, dans un best of mou du bide, guère parvenus à ranimer les braises encore chaudes de Josh Homme et ses acolytes. Un bassiste avec un bonnet de Zucchero et une claviériste au noir gothique accompagnaient le chanteur roux gominé aux faux airs d'Elvis. Visibles sur les écrans, ses tatouages aux phalanges portent, comme nous l'apprenait un confrère, les noms de ses grands-parents et non tel «love and death» prévisible. C'est une qualité chez Queens of the Stone Age, de tourner sept fois le cliché dans sa bouche avant d'entamer le premier riff. Au-dessus de cette tempête de guitares, batterie et infrabasses metal, la voix de l'Homme roucoulerait presque.

Une finesse dans le chant qui manque cruellement à Dave Grohl (Foo Fighters). L'ancien batteur de Nirvana et des Queens of the Stone Age précédait, ce vendredi à la guitare, le clou de clôture : Franz Ferdinand. Déjà présenté fin juillet aux Vieilles Charrues, leur nouveau show ressemble de près au précédent. Réglé au millimètre, avec pour chacun des musiciens ses pas de danse ­ sauf le batteur, bien entendu ­, il permet d'introduire quelques titres du deuxième album, attendu pour le 4 octobre.

Déjà-vu. Avec un visuel de kolkhoze girl, ce Franz Ferdinand surprend, tel le Strokes n° 2, avec du déjà-vu. Rythmiques et constructions identiques ne devraient certes pas empêcher les tubes. En fond de scène, les portraits des membres du groupe redonnent sens, à travers une esthétique constructiviste, au culte pop. «Ça fait trois fois que je les vois. J'adore leur côté lisse, parfait. C'est vraiment un bon spectacle familial», glisse un amateur. Mais penser à l'avenir des Franz Ferdinand est pour l'heure prématuré. La seule crainte ce soir serait de ne plus retrouver leur grâce maligne ; de ne les avoir jamais connus si séduisants.


News is bad news

Image IPB Image IPBImage IPB Autoportrait de A à Z

#12 Pr Finley McGordon Jr

Pr Finley McGordon Jr

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Mag
  • 811 messages

Posté 31 August 2005 - 21:54

Je n'y suis allé que le Jeudi.

J'ai vraiment été emballé par Arcade Fire, le groupe apporte vraiment énormément de fraicheur sur la scène actuelle. Tout les membres ont l'air complètement barré, ils changent d'instrument à chaque morceau, tapent sur tout et n'importe quoi (y compris eux même). Le final avec l'enchainement Neighborhood n°3/Rebellion (Lies) était sublime.

J'ai bien aimé aussi les Queens of stone age même si je suis pas fan absolu, il faut reconnaitre que leur musique décape. Le batteur est monstreux et arrive à faire oublier Dave Grohl, Josh Homme est impressionant avec son grand gabarit et sa voix magnifique. La version rallongé de No One Knows a terminé le concert de manière apocalyptique.

Enfin les Pixies, excellent également avec un début de set acoustique puis un son qui monte en puissance tout au long du concert. La set list était parfaite avec des morceaux de tous les albums. Le groupe est assez statique sur scène et communique peu mais leur musique se suffit à elle même. Joey Santiago a vraiment un jeu de guitare unique, David Lovering martèle ses futs comme un sauvage, Kim Deal tresse ses lignes de basse discrètement dans son coin en assurant les choeurs, tandis que Black Francis hurle et vocifère ses paroles dont jamais personne ne comprendra rien. Pendant le rappel, le groupe est resté à plaisanter sur scène puis a fini sur un Gigantic époustouflant.

Pour le vendredi je me suis abstenu vu que seul Herman Dune m'interessait vraiment et je préfère les revoir dans une petite salle à Paris. Mais d'après les comptes rendus que j'ai pu lire, le concert des Babyshambles était vraiment pathétique.

#13 iansich

iansich

    Administrateur

  • Indie Rock Mag
  • 4549 messages
  • Interests:Musique, Internet, Ski, Randonnée.

Posté 01 September 2005 - 17:16

Ca c'est de l'évênement couvert par les membres :rock:

:merci: à toutes et à tous :beer3:

#14 ikara boy

ikara boy

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Fanatic
  • 851 messages
  • Location:Paris...
  • Love:s'ennuyer

Posté 11 September 2005 - 22:28

Nous arrivâmes mon équipe (une déesse et la fille la plus belle du monde) et moi-même sur le site au environs de 15h17. La cohut de l’entrée ainsi que la pluie de grêlons nous ont fait rater le set des teenagers de « the subways ». Petite déception, vite consolée à l’écoute des critiques négatives de la plupart des festivaliers ayant assisté au show.

Le soleil apparaît et avec lui les pénibles « the Athlete ». Groupe de pop anglaise aux mélodies légères ( voir très légères) faisant passer Grandaddy pour un groupe de grind-core. L’enthousiasme à l’écoute de cette pop sans la moindre surprise nous aida a nous affaler comme des excréments afin de reprendre nos forces pour la suite qui s’annonçait grandiose. Enfin… ce qui ne fut pas encore le cas des groupes qui suivirent : « flying pooh » groupe parisien tentant d’imiter Mike Patton mais qui sonne finalement comme un sous Pleymo et the « Sundays drivers » le premier groupe de la journée qui sache écrire des chansons (peut être un peu trop lisses).

Ce fut donc sans le moindre remord, que nous courûmes avec un quart d’heure d’avance en direction de la grande scène, pour y voir la première tête d’affiche de la journée, « Arcade Fire ». Le groupe précédé d’une hype telle que le public est conquit d’avance. Le groupe ne doit pas le savoir et joue avec la ferveur qui a fait sa renommée. Les Canadiens n’ont qu’un seul album a leur effectif (que le monde entier adore) dont chaque titre est repris par les festivaliers comme si il s’agissait de grands classiques du rock inde. Nous nous laissons joyeusement happer par la joie communicative de leur musique baroque et c’est le cœur lourd que nous courons voir d’autres canadiens « Hot Hot Heat ».

Beaux, jeunes, biens lookés, talentueux, que reste il a Franz Ferdinand ??? De meilleures chansons ? Rien est plus faux, à l’inverse des écossais tout juste bon a écrire des hits passables, le quatuor fait exploser à travers son énergie post punk ses mélodies que ne renieraient pas XTC. Jouissifs au possible, les hymnes dansant du combo réjouissent le festivalier qui retrouve une raison de bouger son popotin et de vivre intelligemment . Un grand groupe véritable orfèvre de la pop qui fait danser les filles. Groupe maudit aussi arrivé, un an trop tôt avant les pénibles groupes que sont…
Le fessier et les genoux fatigués, nous recourûmes en direction de la grande scène pour y voir le groupe le plus important de la soirée « Queens of the stone age ».

D’entrer l’œil lubrique de votre serviteur s’attarde sur la clavieriste sosie de Betty Page jouant de son instrument comme si elle se masturbait avec. Malgré de nombreuses rumeurs d’annulations Josh et son genou cassé ont tenu bon et nous ont offert un concert brutalement mélodique, comme si les Kinks essayaient de jouer ‘Arthur…’ avec la fureur de ‘All day all night’. Des breaks récurrents trompant le publics qui applaudissent avant la fin, les américains jouent leur répertoire de telle façon que novices ou fans de la première heure finissent KO assis, couché, debout. Les reines sont un des groupes les plus importants de notre époque, un des rares qui n’a jamais déçu, donnant des concerts sui réinventent leur répertoire comme de grands musiciens savent le faire.

Tout le contraire donc des « Pixies », apparemment là pour cachetonner. Le groupe de Boston reste immobile, jouant son best of honnêtement, ce qui semble satisfaire les fans.
En résumé, un concert gentillé tout sauf fondamental, comme leur répertoire, moins conséquent que celui de Throwing Muses ou Pavement. Et en finitude, un concert trop long joué trop fort (on entendait difficilement le mix de Vitalic quelques mètres plus loin sur la scène de la découverte).

Métro, dodo.

Grand vainqueur de ce jeudi QOTSA, même si Arcade Fire et Hot Hot Heat nous ferons faire de jolis rêves. Je m’endors à ses côtés, la vie est belle.
I am the new faintly blowing!!!

#15 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 11 September 2005 - 22:46

Tout le contraire donc des « Pixies », apparemment là pour cachetonner. Le groupe de Boston reste immobile, jouant son best of honnêtement, ce qui semble satisfaire les fans.
En résumé, un concert gentillé tout sauf fondamental, comme leur répertoire, moins conséquent que celui de Throwing Muses ou Pavement.


Je croyais pas qu'un jour on aurait a appuyer sur le bouton rouge, mais s'il le faut
:icon_Gun2: ikara boy :icon_rocket: :mort: :pendu:
... quoi, il bouge encore ?
:icon_Gun2: ikara boy :icon_rocket:

Hop, un en moins. :angry: C'était pas de gaieté de coeur ... allez, un petit coup de peigne, :droguambol: pour oublier toute cette violence.




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)