Aller au contenu


Photo

Eurockéennes 2006


  • Veuillez vous connecter pour répondre
22 réponses à ce sujet

#1 lloyd_cf

lloyd_cf

    Edukator, l'homme-Bescherelle

  • Indie Rock Mag
  • 3674 messages
  • Location:lost somewhere between the earth and my home
  • Love:Les murs de son
  • Hate:Murat, Animal Collective & Perry Blake

Posté 05 July 2006 - 16:04

Vendredi

L'arrivée sur le site s'est faite sous une vague inquiétude: le temps se couvrait et en plus le seul message que j'avais réussi à capter était "on est sur la grande scène". De plus, les téléphones portables semblaient ne pas devoir fonctionner correctement du tout. Je me dirige néanmoins vers cette grande scène dans l'espoir futile de trouver quelque connaissance, et le miracle a bien lieu, parce que je retrouve un groupe de potes, pas ceux chez qui je devais loger, certes, mais c'est un bon début. Sur scène joue Anaïs et moi, ben j'aime pas. Déjà quelqu'un en solo sur la Grande Scène c'est un peu creux, mais là, en plus, il y a foule de titres que je trouve carrément nuls. Rien n'y fera, malgré les tentatives d'explications et les "mais si c'est bien" je ne peux pas, je trouve ça vraiment horrible. On ne peut pas tout aimer.

Heureusement, ce supplice prend rapidement fin, et nous nous dirigeons vers la Loggia voir Jack & the Bearded Fishermen, un des gagnants du tremplin que j'avais déjà vus lors de la finale à Vesoul. Ce groupe qui recycle des riffs à la Motörhead pour proposer un rock péchu a un gros défaut: un son pourri, une moulinette immonde, on n'entend rien, on ne discerne rien. Dommage. Retour à la Grande Scène pour voir le show des Deftones. Le groupe est en grande forme et balance des déflagration soniques invraisemblables, malgré quelques soucis de micro pour Chino Moreno et un echo à la limite de l'insupportable sur certains titres. Peu importe, Shove it, Seven Words ou Hexagram font toujours leur petit effet sur scène. Le festival peut enfin vraiment commencer, en plus les nuages gris se dissipent.

C'est l'heure de manger, hé oui, le souci c'est qu'il faut se nourrir, alors je choisis un stand de kebab pas trop éloigné des Arctic Monkeys pour suivre d'un oeil distrait leur prestation. Et c'est du bon, du très bon même! Autant leurs disques ne m'arrachent pas nécéssairement des flots d'enthousiasme, autant ce soir, ils ont joué comme si leur vie en dépendait: un son énorme, un jeu tendu, des titres efficaces. C'est vraiment pas mal. Mais pas suffisamment pour que je n'aille pas voir le splendide et lumineux show du duo Two Gallants qui m'enchante totalement: voix extraordinaire et jeu épuré, je quitte la scène de la Plage avec un sourire extatique au visage. Le groupe se disloque, certains sont rebutés par la foule énorme pour accéder à la Grande Scène (30 000 personnes par jour, ça fait du monde!) et c'est en comité réduit que nous allons voir Dionysos & Synfonietta, un show magistral et majestueux. Dionysos ont sublimé leurs compositions avec des arrangements pour un orchestre de 60 personnes, sur scène c'est énorme, ça gronde, ça couine, ça fait penser à du Danny Elfman dans les arrangements (surtout des titres du dernier album), et c'est d'une surpuissance telle... que le son se coupe pendant 15 minutes au beau milieu de Mes lacets sont des fées. Déception, rage, le groupe repart avec Mathieu qui déclare qu'ils vont se donner à fond et tout péter tellement ça leur a mis la rage, et c'est bel et bien avec un Bloody Betty terrifiant qu'ils repartent. Malheureusement le son ne sera plus à la hauteur de ce qu'il était avant la panne. A noter une version géniale de Old Child (méconnaissable) et un final encore plus dantesque qu'il y a 3 ans avec une nouvelle traversée aller/retour de la scène à la régie en slam. Impressionnant.

Après un peu de repos bien mérité, je retrouve les amis avec qui j'avais rendez-vous et nous allons voir The Strokes. Alors voilà, les Strokes c'est super, MAIS. C'est une machine à jouer, sans aucune émotion, à la technique parfaite. Aucune erreur, aucune improvisation, tout est reglé au millimètre, et on en ressort avec la désagréable impression d'avoir écouté l'album. Retour vers le Chapiteau pour voir l'extraordinaire combo dancing punk The Gossip emmené par une chanteuse massive à la prestation et à la voix époustouflante. Il ya du génie là-dedans, moi, je vous le dis. Le contraste avec les Strokes est frappant: voilà des vraies bêtes de scène, pas des robots. Et justement, les robots, eux, allaient clôturer le festival. Daft Punk débarque sur la grande scène. Son extraordinaire, mix d'une précision phénoménale, light show à la hauteur, mais moi j'aime pas trop ce genre de concerts où il n'y a strictement rien à voir. Et puis, travaillant à 8h30 le lendemain, il était temps (à 2h30) d'aller se coucher.
Life is unfair: Kill yourself or get over it.

#2 lloyd_cf

lloyd_cf

    Edukator, l'homme-Bescherelle

  • Indie Rock Mag
  • 3674 messages
  • Location:lost somewhere between the earth and my home
  • Love:Les murs de son
  • Hate:Murat, Animal Collective & Perry Blake

Posté 05 July 2006 - 16:36

Samedi

Avec deux amis, nous partons très tôt le Samedi pour bien profiter de la journée, et bien nous en prend, car au Chapiteau nous assistons à l'extraordinaire show des Hushpuppies. Voilà un groupe intéressant, me demande Tobias, mon ami autrichien, mais je ne les connais pas, ils sont anglais? C'est avec une fierté mal dissimulée que je lui explique qu'il s'agit de français, môssieu. Beaucoup de classe, un set impeccable, et surtout comment font-ils pour jouer avec des chemises à jabot et des foulards par 35° à l'ombre?

C'est d'ailleurs la chaleur qui nous pousse vers la petite scène de la Plage pour y voir un des concerts les plus touchants des Eurockéennes cette année. Teitur, jeune songwriter prodige des îles Féroé, nous présente son travail accompagné de l'Ecole de Musique de Dole. Tantôt proche de Damien Rice, tantôt plutôt Macca quand il se met au piano, ses magnifiques chansons sont véritablement illuminées par les arrangements de cordes que les gamins qui l'accompagnent ont vraiment l'air heureux de délivrer. Il nous distribue des tracts et c'est décidé, il emmènera cette formation avec lui en tournée. Vraiment ces créations orchestre + groupe sont une des idées maîtresses du festival et le rendent encore plus attractif et original d'année en année... Une autre création se joue sous le Chapiteau, il s'agit des Sunday Drivers & Orchestre Municipal de Vesoul mais malgré la grande qualité des arrangements, elle n'arrive pas à me soulever plus d'enthousiasme que ça. Il faut dire que je n'ai jamais trouvé la musique des Sunday Drivers plus incroyable que ça.

Mais la tension monte car l'Angleterre vient de perdre aux tirs au but et Morrissey entre sur scène, courbé et comme arthritique, soutenu par ses boys. Il nous lance un "Ne placez pas votre foi en Dieu, vous, vous pouvez y arriver. Vive la France" et se lance dans un set surpuissant, tendu, pendant lequel il nous communiquera à maintes reprises son mépris (tant de mépris dans un seul homme force le respect), fera force mimiques et blagounettes, et sera vraiment fidèle à lui-même. Le set est composé de titres des deux derniers albums, auxquels il a ajouté trois classiques des Smiths: How soon is now, Girlfriend in a coma et Panic. Il nous quitte vingt minutes en avance car le match France-Brésil vient de commencer. Le fumiste.

A partir de ce moment, le festival et ses 30 000 festivaliers vont vivre au rythme du foot pendant 90 minutes. Camille monte sur scène accompagnée des Pascals, fanfare loufoque composée de japonais, pour une création unique pour le festival et nous annonce même qu'elle aurait préféré regarder le match. Mais bon, ça n'entamera en rien sa superbe et étrange représentation. Camille & The Pascals, au début ça déroute, c'est très très très broderline, ça dérange même parfois, mais c'est somme toute absolument génial et indescriptible. Au milieu du concert, elle interrompt un morceau pour hurler "C'EST POUR NOUS!!!!". Thierry Henry vient de marquer, une clameur gigantesque s'empare du site et la fin du concert devient une fête géante avec présentation et démonstration invraisemblable de tous les musiciens.

Sur la Grande Scène se présente Depeche Mode pour un concert "best of". On ne pouvait pas s'attendre à mieux. Un batteur, Martin Gore et sa guitare magique, deux claviers et Dave Gahan qui nous gratifiera d'un beau "Vive la France! Allez les Bleus!" à la fin du match...

Nous passons devant l'insupportable Katerine et nous rentrons.

(à suivre)
Life is unfair: Kill yourself or get over it.

#3 JohnSteed

JohnSteed

    Secretly Canadian

  • Indie Rock Mag
  • 9000 messages
  • Location:Nulle part et ailleurs
  • Love:life, sex & rock'n roll

Posté 05 July 2006 - 16:52

Vendredi

Arctic Monkeys (...) ce soir, ils ont joué comme si leur vie en dépendait


Au moins, ils sont réalistes... :zut:


:merci: lloyd pour ces compte-rendus. A chaque fois, on a l'impression d'être à tes côtés. :yes:
Image IPB

#4 lloyd_cf

lloyd_cf

    Edukator, l'homme-Bescherelle

  • Indie Rock Mag
  • 3674 messages
  • Location:lost somewhere between the earth and my home
  • Love:Les murs de son
  • Hate:Murat, Animal Collective & Perry Blake

Posté 05 July 2006 - 17:13

Dimanche

Dernière journée, accablante de fatigue et de chaleur, mais à la prgrammation très riche ne laissant absolument pas le temps des découvertes. La journée se passera en navigations entre Grande Scène et Chapiteau.

Sauf pour notre premier concert de la journée, pour les Québecois Duchess says. Ce concert restera mon plus gros coup de coeur du festival. On nous a vendu ça pour de l'electro-pop. Certes. Mais c'est de la vraie déjante en réalité. La chanteuse, Annie-Claude, est complètement secouée et fait très foretment penser à Katie Jane Garside (Queen Adreena) pour son attitude scénique et son chant: douches de bière, cris, slams, hurlements, fausse candeur, chuchotements, roulades au sol, attitudes de petite fille, folie furieuse, tout y passe. Et la musique n'est pas en reste et reste proche de celle du combo anglais en lui ajoutant une légère touche synthétique pas vilaine du tout. Du bonheur intégrale, une grande claque dans la gueule, un groupe à suivre, eux ou leur secte de l'Eglise de la Perruche, assurément!

Pendant le très bon concert de Dominique A (malheureusement trop proche de celui que j'ai vu aux Artefacts de Sratsbourg pour me passionner réellement), je vais manger. puis nous rejoignons la Grande Scène pour le concert d'Art Brut. Là, j'ai bien aimé. Je sais pas quoi dire d'autre, c'était bien, j'aime leur musique punkoïde, leurs prises de position, leur morgue, bref, en concert, ils sont bons. Mais il faudra quitter la scène avant la fin car se prépare un des sommets de ce week-end.

Mogwai.

Et les mots me manquent car, pensant être un peu blasé par leur sublime concert de Strasbourg et pensant qu'ils ne pourraient pas faire mieux, je me suis lamentablement trompé. Ils nous ont tués. Tués à coup de son. Déjà, je n'ai jamais entendu un groupe jouer aussi fort. C'était véritablement inhumain, certains passages étaient dignes d'un atelier de fonderie ou d'un réacteur d'avion. Ensuite, leur son était génial. Même au plus fort niveau, on discernait tous les instruments parfaitement. Et leur set était véritablement conçu pour rentrer dans le public avec une violence inouïe. Jugez plutôt: Entrés avec Helicon ils balancent Mogwai fear Satan dès le 4ème morceau et un final avec My father my king de plus de 30 minutes! Et au milieu, presque pas une ballade, quasiment aucun titre calme. Non. Du Mogwai grande puissance comme je n'en ai jamais entendu. Le meilleur concert de Mogwai que j'aie jamais vu/entendu. Et pourtant, des concerts de Mogwai, y a moyen d'en avoir entendu des masses....

Du coup, Archive sur la Grande Scène ça a l'air tout petit. Le groupe est bien calé, ouvre avec leur très long morceau du dernier album, enchaîne avec des titres des 3 derniers disques, les nouveaux chanteur et chanteur/guitariste assurent, tout est au petit poil, mais au final, ça laisse la même impression que les Strokes: pas assez vivant ou passionel. Et bon, il faut l'avouer, on pense déjà au concert suivant, deuxième sommet du jour.

Sigur Ros commencent leur concert derrière un rideau. Ils jouent de façon magnifique. Il y a un quatuor de cordes et une fanfare de cuivres sur scène. Elle passera d'ailleurs en costume complet à un moment. Des petites étoiles cintillent sur la scène. Parfois, on n'entend plus que les métallophones et autres xylophones résonner. A d'autres moments, ce sont des torrents bruitistes dignes de Mogwai qui s'échappent du groupe. Les morceaux s'allongent indéfiniment, le temps semble suspendu... Sigur Ros, c'est la musique d'une autre planète, d'une autre galaxie. On sort de leur concert comme d'un rêve, les yeux plein d'étoiles... pour entendre déjà sur la Grande Scène la guitare la plus puissante du Monde se mettre en branle. Car sur cette grande scène joue Muse plus puissants, plus énervés, plus violents, plus rock et plus rageurs que jamais. Leur inexorable ascension vers le son ultime et la puissance à l'état brut, si elle ne se perçoit que vaguement au fil de leurs albums, est nettement palpable sur scène. Muse est un groupe de rock, de gros rock, de rock bien rentre-dedans, Muse c'est des grandes claques dans ta tronche, des lignes de basse jouées avec un son et une puissance inégalées jusque là, une batterie martiale et hallucinante, et la virtuosité et la hargne de Bellamy. Ne vous fiez pas à ce que vous entendez sur les disques, Muse, sur scène, c'est une machine de combat et ça n'a rien à voir. Il y a quelques années, lorsqu'ils ont développé leur gros son, j'ai pensé qu'ils voulaient devenir les Deep Purple des années 2000. Je me trompais, c'est plus puissant que ça.

Un final éblouissant donc, se terminant sur un Uno cataclysmique, et nous, on n'a plus qu'à rentrer chez nous. Le retour sera d'ailleurs surréaliste, car les piétons étant trop nombreux et bloquant le passage des navettes, tout le monde est rentré au parking à pied par la voie ferrée au son des mégaphones des gendarmes hurlant: "SUIVEZ LA VOIE FERREE!!!" et ramenant les "égarés" sur la dite voie. Surréaliste... et sinistre.
Life is unfair: Kill yourself or get over it.

#5 pix

pix

    Force Verte

  • Indie Rock Mag
  • 3236 messages
  • Location:montréal

Posté 05 July 2006 - 17:27

merci pour ce beau compte rendu lloyd_cf. :rock:

et quelle rapidité ! :interpol: .
je n'ai personnellemment pas encore fini celui de Werchter, il arrivera avant la fin de la semaine si tout va bien.

#6 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29868 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 05 July 2006 - 18:32

Bravo pour ce beau compte-rendu :yes: MAIS :

Dimanche

Dernière journée, accablante de fatigue et de chaleur, mais à la prgrammation très riche ne laissant absolument pas le temps des découvertes.


Dis-donc ça me paraît pas être une excuse pour avoir raté Venus avec orchestre le VENDREDI, ça ! :o: ...à moins qu'ils n'aient pas joué évidemment... :zut: ou que ça ait été nul au point que tu n'aies pas jugé bon d'en parler, mais là je me fais moine ! :P

#7 lloyd_cf

lloyd_cf

    Edukator, l'homme-Bescherelle

  • Indie Rock Mag
  • 3674 messages
  • Location:lost somewhere between the earth and my home
  • Love:Les murs de son
  • Hate:Murat, Animal Collective & Perry Blake

Posté 05 July 2006 - 18:33

C'est très simple, je travaillais le Vendredi jusqu'à 16h30, et mon lieu de travail est à 30 km du site. Venus jouait à 16h45. Ca te paraît suffisant, comme excuse, sale lapin qui remue le couteau dans la plaie? <_<
Life is unfair: Kill yourself or get over it.

#8 darko

darko

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Mag
  • 5234 messages

Posté 05 July 2006 - 18:58

et un final avec My father my king de plus de 30 minutes!

ohhh purée je voudrais vraiment l'entendre en concert ce morceau :bye:


Merci pour ce report live plein de têtes que j'aurai voulu voir :boire: (si t'as encore soif)

PS: tu m'as rappelé que Sigur Ros passait demain sur Paris et il y a encore des places :o: :) . Ce que tu en dis me donne vraiment envie :interpol: ...
Get off, get up, you son of pop
The light below is bright on top
It's suds and soda a vibe decoder

All my Gigs (2000-2014) ...

#9 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29868 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 05 July 2006 - 19:09

C'est très simple, je travaillais le Vendredi jusqu'à 16h30, et mon lieu de travail est à 30 km du site. Venus jouait à 16h45. Ca te paraît suffisant, comme excuse, sale lapin qui remue le couteau dans la plaie? <_<


Oups... :oops: désolé ! :zut:

#10 masto

masto

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Mag
  • 1636 messages

Posté 05 July 2006 - 19:15

ça devait être magique ! :yes:
The world won't listen

#11 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 05 July 2006 - 22:32

tout le monde est rentré au parking à pied par la voie ferrée

Aïe, je m'en souviens comme si c'était hier de cette voie ferrée, et pourtant, j'ai pas vu Malsaucy depuis des lustres. :(

Merci pour les comptes rendus, surtout celui du dimanche qui rend jaloux :yes:

#12 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29868 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 05 July 2006 - 22:42

ça devait être magique ! :yes:


Quoi, le concert de Venus avec orchestre ? :) Oui, sans doute... :(

:gna:

#13 lloyd_cf

lloyd_cf

    Edukator, l'homme-Bescherelle

  • Indie Rock Mag
  • 3674 messages
  • Location:lost somewhere between the earth and my home
  • Love:Les murs de son
  • Hate:Murat, Animal Collective & Perry Blake

Posté 06 July 2006 - 07:55

Ben, figure toi que d'après ce qu'on m'a raconté, ça n'était pas si transcendant que ça, le concert de Venus. Bien, oui, mais exceptionnel, non. Et tous ceux qui l'ont vu, qu'ils soient fan ou non, m'ont dit la même chose. Alors, pas de déception à avoir, d'autant que je les ai déjà vus, Venus, et du temps de leur premier album, encore, quand c'était bien mieux. ^_^
Life is unfair: Kill yourself or get over it.

#14 RabbitInYourHeadlights

RabbitInYourHeadlights

    Poxvirus Lapinus

  • Indie Rock Mag
  • 29868 messages
  • Location:Le dernier terrier sur la gauche
  • Love:GS Herren, RC Lange et DM Stith
  • Hate:Qu'on vampirise mes weekends

Posté 06 July 2006 - 09:10

et du temps de leur premier album, encore, quand c'était bien mieux. ^_^


Ah en effet... :yes: là je suis jaloux... :bye:

#15 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 06 July 2006 - 11:37

Alors, pas de déception à avoir, d'autant que je les ai déjà vus, Venus, et du temps de leur premier album, encore, quand c'était bien mieux. ^_^


:rolleyes: Pffff ... on lit de ces trucs dès fois sur le forum. Tu vieillis mal lloyd :P ;)




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)