Aller au contenu


Photo

Cranes à Strasbourg (Laiterie)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 lloyd_cf

lloyd_cf

    Edukator, l'homme-Bescherelle

  • Indie Rock Mag
  • 3674 messages
  • Location:lost somewhere between the earth and my home
  • Love:Les murs de son
  • Hate:Murat, Animal Collective & Perry Blake

Posté 26 May 2004 - 17:59

Les Cranes sont venus à Strasbourg Lundi soir pour un petit concert à la Laiterie, dans la petite salle (capacité, environ 80 personnes)... et j'y étais.

Alors, que s'est-il passé Lundi soir à Strasbourg entre les premières notes de "Everywhere" et la dernière d'"Adoration"?

Tout d'abord, situer le contexte. Les Cranes jouant ce soir là en même temps que Blonde Redhead, on leur avait octroyé la petite salle de la Laiterie à Strasbourg. Et pour ceux qui connaissent la Laiterie, ils savent que lorsqu'on parle de petite salle, ce n'est pas là une exagération!!! On peut dire qu'Alison et les siens ont fait salle comble Lundi soir... avec 80 personnes. Un bonheur que de pouvoir assister, en spectateur privilégié, à moins de 10 mètres de la scène, à un concert d'un des plus merveilleux groupes que la Terre ait porté. Le concert, d'abord annoncé à 20h30, commencera à 21h15, et il n'y a pas de première partie. Le temps de boire un demi, et on y va. A l'heure annoncée, les lumières s'éteignent, les fumigènes s'activent, et Alison arrive. Joie et bonheur envahissent la salle. Les musiciens arrivent, et Jim entame les premières notes de "Everywhere". Le public est ravi, la version est honnête, on enchaînera sur un titre extrait de "Loved", et le groupe est enfin prêt, le son est splendide.

Décrivons nos amis musiciens maintenant. D'abord il y a Alison Shaw, qu'on ne présente plus. Une petite fille en version adulte, toujours souriante, aux allures de grande timide, du charme à en revendre, enfin bref, Alison. Elle est très concentrée sur son chant unique et joue de la guitare pour compléter l'immense mur du son à la fin d'"Adrift". Quelle voix extraordinairement unique, tout de même... Puis Jim, son frère qui compose les chansons et jouait ce soir de la guitare. Grand bonhomme dégarni et un peu perdu, il a manqué s'étouffer avec les fumigènes plusieurs fois, a oublié pendant un rappel de brancher sa guitare et ne s'en est rendu compte qu'au bout de quelques instants, n'a jamais trop l'air de savoir où il est. Et pourtant, l'âme de la musique des Cranes, c'est lui. Ses sons sont tout simplement somptueux, ses compositions nous transportent de la mélancolie pure à base de piano aux mur de son impénétrables en passant par les expérimentations électroniques. Ensuite entre en scène Paul Smith, multi-instrumentiste de génie, qui est responsable des nappes de synthé et aussi de guitare sur la plupart des titres. Grand, déguingandé, blond aux cheveux longs et filasse, il reste discret tout en étant un technicien hors pair. Enfin arrive Jon Callender, batteur de génie au jeu clair, concis et au son magnifique, alliant une finesse et une puissance de frappe inégalés. Ils étaient en outre accompagnés ce soir par un bassiste ressemblant étrangement à Neil Halstead, très souriant et très cool, au jeu sobre et efficace.

Ils ne nous épargneront rien. De "Lilies" à un formidablement puissant "Paris and Rome", de la mélancolie feutrée de "Cloudless" aux expérimentations électroniques de "Fragile" ou de "Future Song"... On aura droit aussi à "Shining Road", à un superbe "Jewel", un extraordinaire "Clear", un magnifique "Far Away", un splendide et apocalyptique "Adrift" et à quelques titres du prochain album qui sort en juin.

Et bien sûr, ils sont revenus trois fois... Trois rappels. Au troisième, Alison nous a demandé à nous, public, ce que nous voulions qu'ils jouent. Un des ingé-son a proposé "Rêverie" (certainement pour les taquiner). Alison dit "OK", Jim fait la tête, Alison nous confie "Jim n'aime pas tellement celle-là" (hé oui, elle parle un peu français). Jim fait signe que ça le gave mais qu'il la jouera quand même. Le bassiste arrive, demande "alors? on joue quoi?", Alison répond "Rêverie", et notre ami le grand bassiste/surfeur (rayer la mention inutile) vocifère un "Shit!" tonitruant qui fait rire toute la salle. Alison va alors le voir, et lui montre sur le manche de sa basse ce qu'il doit jouer. Jim se lance, et fait exprès de ne jouer que deux notes en continu, Paul lui fait signe de changer et pour l'embêter met sa disto à fond et joue un gros riff de metal... Imperturbables, Alison et Jon continueront la chanson jusqu'au bout... Une version par ma foi plutôt chaotique mais sympa, pour se rattraper, ils finiront par un "Adoration" titanesque.

En résumé, nous avons donc eu droit à quelques titres de "Wings of Joy", à la quasi-intégralité de "Forever", à une bonne moitié des titres de "Loved", quelques titres de "Population 4" et de "Future Songs" et deux ou trois nouvelles chansons. Un concert parfait et inoubliable pour un grand fan comme moi.

Et comme disait Alison en un bon français à l'accent craquant: "Nous sommes contents de vous revoir... Ca faisait 7 ans que nous n'étions pas venus." Vu la rareté de leurs apparitions en public en province, je me devais d'y aller. C'est fait et je suis enchanté.

Le concert terminé, Alison et les siens se promenaient, décontractés, dans le hall de la salle et sont allés voir (comme nous) la fin du concert de Blonde Redhead...

Modifié par iansich, 28 May 2004 - 16:59.

Life is unfair: Kill yourself or get over it.

#2 iansich

iansich

    Administrateur

  • Indie Rock Mag
  • 4549 messages
  • Interests:Musique, Internet, Ski, Randonnée.

Posté 26 May 2004 - 19:18

:merci: pour ce Live report exhaustif et fort sympa :yes:




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)