Aller au contenu


Photo

Shannon Wright, grande classe et petite claque


  • Veuillez vous connecter pour répondre
10 réponses à ce sujet

#1 Bandini

Bandini

    Visiteur

  • Membres
  • 6 messages

Posté 14 October 2009 - 18:07

Lundi 12 octobre 2009, Alhambra, Paris, 20h45

Pas de chichi, pas de costume à paillette, Shannon Wright chante par besoin et lorsque qu'elle rentre sur scène ce lundi soir à l'Alhambra ce n'est pas pour amuser la galerie ni pour satisfaire un égo démesuré, mais seulement pour jouer sa musique, unique, mélancolique et viscérale.
Habillé toute en noir, les cheveux tombant sur le visage, elle rentre sur scène simplement, presque timidement, elle jette un regard furtif à la salle avant d'empoigner, et d'accorder méthodiquement sa guitare, comme une mise en garde... Un court silence durant lequel transpire l'impatience et l'excitation d'un public toujours plus nombreux, puis le concert commence, tout de suite intense.
Accompagné de ses deux acolytes fétiches, le batteur Brant Rackley et le bassiste Andy Baker, Shannon Wright entame une exploration explosive et émouvante de son répertoire définitivement rock. Dès les premier morceaux, on est rassuré, la voix de la chanteuse n'a rien perdu de son intensité, rauque et profonde, incroyablement chargée d'émotion, elle électrise la salle presque instantanément.

Malgré une tournée marathon (23 concerts en 24 jours rien qu'en France), aucun signe de fatigue ou de lassitude ne viennent ternir une interprétation scénique passionnante, plus que jamais Shannon Wright à le don de transmettre ses émotions, en les hurlant ou en les murmurant, elle ne calcul pas, elle est comme ça Shannon, elle envoie et puis c'est tout... Cachée derrière sa frange, les yeux fermés, elle fait corps avec sa guitare, les riff sont toujours aussi enlevés, efficaces et bourrés d'énergie comme si tout ce qu'elle ne pouvait pas faire passer par la voix s'échappait par l'instrument. Lorsque qu'elle s'assoit au piano, la sensibilité et la rage de la chanteuse demeurent aussi intacte et urgente, ceux qui s'attendait à une baisse d'intensité en sont pour leur frais. L'interprétation de morceaux comme "Defy This Love" ou "Avalanche" ne laisse personne de marbre, surpris par le frisson qui lui parcourt l'échine le public en redemande. Alternant guitare électrique et piano, la chanteuse envoute le public, survolant assez rapidement son dernier et très bel album Honeybee Girls (qui soit dit en passant se moque des filles qui ne pensent qu'a leur look et oublie complètement ce qu'elles sont réellement... tiens donc), elle enchaîne les morceaux intemporels tirés d'une discographie décidément impressionnante!!
"Hinterland", "If Only We Could", "Less Than A Moment", n'ont rien perdu de leur force et de cette beauté brute qui habite la musique de Shannon Wright depuis "Flight Safety" (1999) ou "Maps of Tacit" (2000). Imaginez alors l'enthousiasme du public aux premières notes des petits bijoux que sont "Plea", "Portray" ou le somptueux "With closed eyes" tiré de l'album "over the sun". Son saturé, mélodie et timbre puissant transpercent, bouleversent, il n'y a pas de concession dans cette musique, la jeune américaine occupe tout l'espace, se balance, se plie, se déplace au rythme d'un univers mélancolique d'où s'échappe parfois de véritables moments de grâce, rien que ça.

La première partie du set se termine au bout de 45 minutes sans faux pas. La chanteuse revient sur scène en compagnie de Yann Tiersen, toujours sans dire un mot, le présentant à peine, pas besoin de parler juste le besoin de jouer, un point commun avec celui qui collaborait avec elle en 2004 lors de l'élaboration d'un album à quatre mains. Le duo nous offrent deux titres, "Ways to make you see" puis "Louise", aussi intense que le reste du concert même s'il ne sont pas les plus emblématiques de leur travail en commun, Tiersen nettement en retrait avec son violon, face à l'émotion dégagé par la partie piano-voix de Mlle Wright. Retour des autres musiciens pour l'étonnant "Father", un morceau du dernier album aux reverbes étonnantes, mélant de manière inédite dans l'univers de Shannon Wright un peu d'électro au rock originel. Le moment est inattendu, Tiersen aux bidouilles, Wright au micro, sans instrument, l'occasion de montrer une nouvelle fois la force et l'émotion de sa voix, mais aussi signe que la demoiselle n'est ni à cours d'imagination, ni d'envie d'expérimenter de nouveaux horizons, et ça on est ravi de le savoir parce que des artistes capables de signer 7 albums ayant tous quelque chose de magique, il n'y en a pas tant que ça quand on y pense... (ben si y a PJ Harvey!! NON, STOP arrêtons d'évoquer Polly Jean à chaque fois qu'on parle de Shannon, il est temps d'admettre que les deux parcours son bien différents!!)

Le concert se termine dans l'énergie, par une interprétation âpre, électrique et décoiffante d'un "Fences of pales", seule à la guitare, à l'image d'un concert brut et torturé, tenant sur les seules épaules d'une Shannon Wright magistrale et bouleversante. N'écoutant qu'elle, sans mentir, la chanteuse se lâche, emportée par l'élan, elle décline le morceau un peu comme elle le sent, elle triture sa guitare, livrant un dernier solo chaotique, généreux, et surprenant, à l'envie, à l'envers, allongée par terre puis se relevant pour terminer sans voix, et achever sa prestation en toute sincérité sans avoir besoin d'en rajouter plus, grande classe et petite claque quoi...

Bandini

Fichier(s) joint(s)



#2 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 14 October 2009 - 20:36

:merci: bandini pour ce live report. Je veux pas le lire, j'ai "rendez-vous" avec madame demain. Faut se garder quelques surprises.

#3 Guismo

Guismo

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 2931 messages
  • Location:Brussels
  • Interests:Guitar, eSport, ukulélé
  • Love:Thee More Shallows, Notwist
  • Hate:To leave bed

Posté 14 October 2009 - 22:34

Merci, toute belle review!

#4 darko

darko

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Mag
  • 5234 messages

Posté 14 October 2009 - 22:38

Très belle entrée en matière sur le forum :yes: .
Jamais vu en concert la belle mais ça donne envie :oui:
Get off, get up, you son of pop
The light below is bright on top
It's suds and soda a vibe decoder

All my Gigs (2000-2014) ...

#5 smilydave

smilydave

    Indie Rock Fanatic

  • Indie Rock Fanatic
  • 788 messages
  • Location:Paris

Posté 15 October 2009 - 00:31

Bel article, j'ai pas eu le courage d'en écrire si long, le mien par ici:

http://starsareunder...right_2009.html

Et mes p'tites photos :peace:



http://starsareunder...right_2009.html
Image IPB

#6 Spoutnik

Spoutnik

    Indierockforum Team

  • Indie Rock Mag
  • 4725 messages
  • Location:prés de la buvette
  • Love:Hate
  • Hate:Love

Posté 15 October 2009 - 09:33

Il y a Deux ans à la Coopé de Clermont-Ferrand, je l'ai vu et ça a été le plus beau concert de ma vie... Rien d'autre à dire... :)
"Une vie pourrie vaut mieux qu'une putain d'illusion!"

<a href="http://spoutniksdont...tblog.fr/"><img src="http://img15.hosting...0175701466.png" border="0" /></a>

#7 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 16 October 2009 - 07:48

Reims - La Cartonnerie 14.10.2009

1ère partie, Elyas Khan, le Nervous Cabaret qui avait pris soin d'exposer les médicaments prescris par son médecin (nez qui coule, gorge douloureuse, c'est de saison). Petit set fort sympathique, des nouveautés de sa campagne solo, quelques fameux titres de son groupe, je l'imaginais plus grand, plus méchant, en fait il est étrangement sympathique, habile à la guitare, reste à voir ce que vaut son Black Swan Demos de CD avec lequel je suis évidemment reparti, mais tout laissent à penser que rien ne changera dans le plaisir que j'ai a écouté ce gars là.

Shannon Wright, déjà vu en 2004 dans un hangar bien rempli et enfumé, pour le coup ça change. J'avais souvenir d'une nana qui s'était pointé quasi incognito, avait balancé un son de folie dans la salle puis s'en était allé. Un choc. Là autre ambiance, petite salle très très à mon goût (quand t'es à un mètre du piano, personne devant, personne à gauche, personne à droite, et que tu mesures 1m85, voilà la belle vie en Province et la belle vue sur Shannon Wright). Fuck The Parisians, évidemment le set sera plus court qu'à Paris (enfin c'est pas sûr, mais snif! pas de Fences Of Pales), pas de Yann Tiersen non plus (ça me dérange pas plus que ça). Et je peux aussi dire du mal de Shannon Wright, on aurait voulu un peu plus fou (vu ce qu'on a pu lire ici et chez smilydave), et puis Father je l'ai trouvé un peu foireux alors que sur album ce morceau est remarquable.

Mais voilà, on ne se rend jamais bien compte. Quand on est dans une salle pas trop rempli, bien climatisé, et que forcément ça finit par te parcourir l'échine, il faut se rendre à l'évidence, l'américaine est venu jouer rien que pour nous, rien que pour sa passion, on ne se rend pas compte de la chance qu'on a.

Fuck The Parisians, parce que ici du Honeybee Girls on a eu à foison peut-être pas tout, pas loin, j'en sais rien. La palme revient à Strings On Epileptic Revival ... la palme d'argent, car l'or c'est pour Defy This Love (Let In The Light) au piano, la claque, la vraie ! Je passe sur Hinterland, Asleep, Avalanche etc. Clair, ce qui manque dans mon salon, c'est un piano et Shannon Wright :wub:

Vous l'aurez donc compris, tous les morceaux au piano, c'était le pied, je suis ravi d'avoir revu Shannon Wright, d'avoir enfin pu apprécier son côté apaisé mais pour le moins habité, en live. Côté guitares, tout ceux qui l'ont vu savent de quoi elle est capable, c'est dans ces moments là qu'on se dit qu'il n'y a pas eu meilleure artiste féminine depuis bientôt 10 ans (je radote). You'll Be The Death très très très bon elle m'a retourné, With Closed Eyes et Portray (bon dieu de guitare qu'elle a entre les mains) entre autres, ... on fait la fine gueule en disant que c'était pas le concert du siècle, ça ne l'était pas, mais bon sang quelle voix, quel talent.

Vous l'aurez compris, j'en ressors finalement un peu plus fan que je ne l'étais déjà, je ne demande qu'une chose, qu'elle repasse, quand elle veut, on est loin, très loin d'avoir fait le tour de sa discographie, et c'est tant mieux. On ne s'en lassera donc jamais.

#8 jediroller

jediroller

    nonpartisan

  • Indie Rock Mag
  • 4492 messages
  • Location:Lille
  • Interests:J'aime bien le café.
  • Love:des tas de trucs pas bons pour ma santé
  • Hate:qu'ils ne soient pas bons pour ma santé

Posté 16 October 2009 - 10:17

@Aeronef Entendu à l'Aéro :«A chaque fois qu'on va voir une chanteuse, tu me dis que ça ressemble à Björk... » (Pendant le concert de Shannon Wright)
about 2 hours ago from Seesmic
News is bad news

Image IPB Image IPBImage IPB Autoportrait de A à Z

#9 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 16 October 2009 - 10:28

:lol: ils sucent pas que de la glace dans le nord.

#10 caribou

caribou

    Géo Trouvetout

  • Administrateur
  • 10651 messages
  • Location:A flanc de coteaux
  • Love:Pixies | The Smiths
  • Hate:Se lever le matin

Posté 16 October 2009 - 10:54

Black little stray en session acoustique par Le Cargo :yes: ... voilà le régal.


#11 MNoémie

MNoémie

    Visiteur

  • Membres
  • 2 messages

Posté 29 November 2009 - 12:33

Je l'ai vu à l'Alhambra le 12 octobre. Bien que perchée je l'ai trouvée géniale! Je dois cependant avouer que je préfère ses morceaux au piano donc son album précédent à ma préférence. J'étais aux anges quand elle s'est assise à son piano pour Louise!




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)